ChronoPêche

Généralités sur la pêche

Généralités

Tous les carnassiers répondent à des stimuli visuels et vibratoires en premier lieu, tant par la vue pour les premiers que par la ligne latérale, pores sensoriels et l'appareil de weber en fonction des caractéristiques anatomiques propres à chaque espèce, pour les autres stimuli auditifs et vibratoires. De même, l'olfaction et le goût jouent un rôle particulier dans un second temps et particulièrement à la prise en bouche de la proie. En relation avec ces faits biologiques, la pêche sportive aux leurres connaît depuis plusieurs années une très forte évolution et un grand dynamisme dans le développement des matériels et des techniques, et des gammes de produits spécifiques ont vu le jour avec une efficacité incontestable en action de pêche.

La pêche aux leurres s'apparente à une traque et une recherche active des carnassiers en fonction des conditions météorologiques et environnementales, et périodes de l'année. On est très loin de la pêche statique, voire ennuyeuse, telle que représentée dans l'imaginaire collectif. Bien au contraire, la pêche aux leurres c'est la pêche Active par essence.

Les carnassiers se nourrissant principalement de poisson fourrage évoluent dans leur comportement au fil des saisons en fonction de l'évolution de leurs proies et périodes de reproduction de celles-ci. On notera aussi que les différentes écrevisses américaines, toutes classées espèces invasives, représentent aujourd'hui une part substantielle de leur régime alimentaire, de par l'accessibilité à une manne qui demande peu d'effort à chasser. Brochet, sandre, silure et black bass en sont friands.

Poissons chasseurs par excellence, les carnassiers sont de manière générale des animaux méfiants et il faudra savoir faire preuve de discrétion, de rigueur et de patience pour quiconque espère en capturer.

Aussi, les carnassiers apprennent très vite des pièges rencontrés et il faudra savoir vous renouveler et multiplier les approches, les techniques employées et types de leurres utilisés pour espérer obtenir des résultats réguliers. La pêche des carnassiers est une pêche très active qui nécessitera de vous une grande réactivité face aux conditions rencontrées et à l'activité des poissons.

Où pêcher les carnassiers ? 

La pêche des carnassiers se pratique tant en rivières et fleuves qu'en étangs et grands lacs. Chaque carnassier possède ses zones de prédilection et comportements propres qu'il soit solitaire comme le brochet et le silure, ou vivant en petits groupes (black bass) ou en bancs -perches et sandres.

Les perches, black bass et brochets affectionnent des zones relativement similaires, peu à moyennement profondes, riches en végétation, nénuphars, potamots, myriophylles, élodées, et obstacles divers, et les bois immergés plus particulièrement. 

Le sandre et le silure quant à eux affectionnent principalement les zones profondes, bien qu'il ne soit pas rare de trouver les silures dans peu d'eau en fonction des périodes et températures. De même que les sandres montent régulièrement chasser le matin et le soir sur les « shallows »- les zones peu profondes.

Il convient en parallèle de savoir exploiter la colonne d'eau, divisée en trois grande catégories :

  1. Zone de surface et sub surface : 0 à 50cm de la surface de l'eau
  2. Zone intermédiaire : entre la zone de surface et la zone benthique
  3. Zone benthique : proche du fond, moins de 1m à 1,50m du fond.

Avec ceci, on comprend bien que l'adaptabilité, combinée à une très grande réactivité, est un facteur clé de réussite dans la pêche des carnassiers.

Comment pêcher les carnassiers ? 

La pêche aux leurres est une pêche dite en lancer-ramener. Il convient de lancer un leurre puis de le ramener soit de façon linéaire ou en lui imprimant une animation et des pauses dans l'animation, ceci en fonction des caractéristiques du leurre.

Chaque type de leurres possède une action et une nage particulière propre qui nécessite une animation en conséquence. L'animation d'un leurre dur de surface à action « walking the dog » ou d'un poisson nageur type jerkbait seront différentes de celle d'un leurre souple type worm monté en « wacky » ou sur un montage texan.

Un leurre qui répond à la nécessité du moment et bien animé fera le job et vous offrira des captures à coup sûr dans la mesure de l'activité des poissons. Toutefois certains points clés sont à prendre en compte dans le choix des leurres à employer : la couleur de l'eau et sa teinte en premier lieu, et la couleur du ciel par eaux claires qui influent sur la couleur des proies. Cela définit les couleurs à utiliser de préférence en fonction des conditions environnementales. 

Par eaux claires, nous privilégierons les teintes naturelles, claires ou sombres, avec dos vert ou bleu se rapprochant du poissons fourrage (gardons, rotengles et autres cyprinidés), et coloris naturels.

Par eaux troubles ou fortement teintées nous utiliserons davantage des teintes flashies, et des leurres très colorés, fluos, type fire tiger, blanc, rose ou orange, ou très sombres et très foncées qui offrent un fort contraste avec l'eau.

Bien entendu ceci est une généralité et il est tout à fait envisageable d'utiliser un leurre très voyant dans une eau claire.